lundi 20 novembre 2017

Iran news in brief, 20 November 2017


Iran : La plupart des régions manquent d'eau et d'électricité une semaine après le séisme - vidéo

 Tremblement de terre en Iran - N ° 4
Les gens n'ont pas reçu de tentes et risquent le choléra et des maladies contagieuses
Bien que cela fasse déjà une semaine que le tremblement de terre meurtrier dans les régions occidentales de l'Iran a eu lieu, les gens manquent encore du minimum nécessaire. De nombreux villages n'ont toujours pas de tentes, de nourriture, d'eau et d'électricité. Le régime iranien, connu pour avoir dilapidé les richesses de la population iranienne, a abandonné les habitants sinistrés dans le froid hivernal sous les décombres. Cela a entraîné une indignation générale en Iran.

Un article des représentants des enseignants et des syndicats des éducateurs

 Hashem Khastar, le représentant du syndicat des enseignants en Iran, s’est adressé le 12 novembre à Ali Khamenei, le Guide suprême du régime iranien, dans un article sur son compte Facebook. Il lui a reproché d’être un dictateur et a exprimé son espoir de voir l’Iran bientôt libre.
Extraits :

Appel international à la libération de prisonniers politiques en Iran

 Walter Sanchez, secrétaire général de l’Union internationale des ouvriers de l’industrie, et cinq syndicats ouvriers français ont appelé à la libération immédiate de Mahmoud Salehi et Reza Shahabi, deux militants ouvriersemprisonnés en Iran.
M. Sanchez a exprimé ses inquiétudes quant à...

Iran : Des femmes protestent contre le manque de médicaments pour leurs enfants

 Des familles de patients souffrant de troubles du métabolisme se sont rassemblées en signe de protestation devant l'Organisation des aliments et des médicaments, le samedi 11 novembre 2017.
Des mères d'enfants malades ont protesté contre l'incapacité de l'organisation à fournir les médicaments dont leurs enfants avaient besoin et elles ont accusé les autorités d'irresponsables.

Les détenus de la prison de Rajai Shahr en Iran sont nourris avec des aliments pour le bétail

 Un prisonnier politique de la prison de Rajai Shahr en Iran, un militant syndicaliste, Reza Shahabi, a révélé que les autorités pénitentiaires ont fourni des aliments pour le bétail aux détenus et les ont maltraités dans l'hôpital de la prison.
Selon une note du Syndicat des travailleurs de la compagnie de bus de Téhéran et des banlieues (UWTSBC) diffusée sur sa chaîne Telegram, le 16 novembre 2017 : « Le gardien de prison et les soldats qui ont emmené Reza Shahabi à l'hôpital pour une IRM le 9 novembre 2017, se sont comportés de manière insultante envers lui, ses collègues et sa femme, qui étaient venus lui rendre visite ».

Sanctions des droits de l'homme : la prochaine étape contre l'Iran

 Alors que Téhéran s'efforce de faire face à un isolement international croissant, la Troisième Commission de l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté une nouvelle résolution condamnant les violations des droits de l'homme en Iran. C'est la 64ème condamnation de ce type reçue comme une gifle par le régime d’Iran, de la part des entités des Nations Unies contre le bilan des droits de l'homme.

La réponse au séisme en Iran montre l'impopularité des dirigeants iraniens (Vidéo)

 « Nous avons faim. Nous avons froid. Nous sommes sans-abri. Nous sommes seuls dans ce monde », a déclaré à Reuters un rescapé qui a perdu 10 membres de sa famille dans la ville la plus touchée de Sarpol-e Zahab. « Ma maison est maintenant un tas de boue et de tuiles cassées. J'ai dormi dans le parc hier soir. Il fait froid et j'ai peur ».

Les alliés de l’Iran s’opposent mais ne peuvent pas réfuter les critiques des Nations Unies sur les droits de l’homme

 Mardi, la Troisième Commission de l'Assemblée générale des Nations Unies a voté une résolution condamnant les violations systématiques des droits de l'homme par l'Iran.
Passant avec les votes de 83 Etats membres, cette résolution est la 30ème depuis 1985. Elle a spécifiquement souligné un certain nombre de problèmes récurrents en matière de droits de l'homme en République islamique, notamment l'abus généralisé de la peine de mort, la discrimination institutionnalisée contre les minorités, et la suppression de la liberté d'expression et de la presse, en partie par l'emprisonnement systématique de journalistes et de militants.

samedi 18 novembre 2017

Iran news in brief, 18 November 2017


Mécontentement et situation catastrophique des victimes du séisme en Iran - vidéos

 Un député du régime iranien a déclaré au sujet du terrible tremblement de terre qui a secoué l’Ouest de l’Iran que « Le nombre de morts est beaucoup plus élevé que ne le révèlent les chiffres officiels ; à mon avis, plus de 1000 personnes sont mortes dans le séisme. »
Quelques jours après le séisme de magnitude 7,3 qui s’est produit dans la province de Kermânchâh et après plusieurs rapports sur l'inaction des autorités du régime des mollahs face au séisme, les médias gouvernementaux ont illustré un aspect de la situation catastrophique des habitants des régions sinistrées. 

Iran : Les victimes du séisme iranien se démènent pour survivre dans un froid glacial

 Des milliers d'Iraniens ont passé une troisième nuit dans le froid alors que les autorités se démenaient pour venir en aide aux personnes sans abri à la suite à un important séisme qui a fait plus de 500 morts.
Alors que le pays a marqué un jour de deuil, le président Hassan Rohani a promis une aide rapide suite au séisme de magnitude 7,3 qui a frappé une région montagneuse couvrant la frontière entre l'Iran et l'Irak, dimanche soir dernier.

Les appels à la vérité sur le massacre iranien de 1988 sont en cours dans un nouveau rapport du Secrétaire Général des Nations Unies

 Dans un nouveau rapport, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a examiné les appels en cours pour la vérité et la justice concernant le massacre des prisonniers politiques en Iran en 1988, ainsi que sur les violations des droits de l'homme.
Une version révisée du rapport intitulé « Situation des droits de l'homme en République islamique d'Iran » (A / HRC / 34/40) a été distribuée aux États membres lors de la 34ème session du Conseil des droits de l'homme, le 30 mars 2017.
 Le rapport comprend les paragraphes suivants relatifs au massacre de 1988 :

vendredi 17 novembre 2017

Iran news in brief, 17 November 2017


Un député du régime iranien : Plus de 1000 personnes sont mortes, les gens ont faim, ils n'ont pas de tente - vidéo

 Tremblement de terre en Iran - N ° 3
AFP : La majeure partie de l'aide distribuée à la population appartenait à des particuliers
Obstruction à la distribution de l’aide par la population
Les propos d’Ahmad Safari, député de la province sinistré de Kermanchah, 72 heures après un puissant tremblement de terre en Iran, confirment clairement l’indifférence des dirigeants intégristes pour la détresse de la population.
Le 15 novembre, après avoir visité les villes de Sarepol-e-ZahabQasr Shirin et Salas Babajani, Safari a déclaré : « C'est l’apocalypse. Plus de 1000 personnes sont mortes ... Je suis allé dans un village où ils ont affirmé avoir enterré 20 personnes le premier jour. Dans une seule ruelle de Sarepol-e-Zahab, 70 personnes ont été tuées et plus de 250 personnes sont mortes dans les bâtiments Mehr (appartements construits par le gouvernement). Après 72 heures, les gens ont faim. Il n'y a pas d'aide pour certains villages, le village de Gholmeh Zahab a une population de 80 ménages et ils n’ont encore rien reçu.

Le régime cache l’ampleur du catastrophe après le séisme en Iran

 Un média officiel a admis que les dirigeants du régime ne veulent pas informer le public sur l’ampleur des dégâts et victimes du récent tremblement de terre à l’ouest de l’Iran.
Le site Jame’eh Farda a souligné le voile de secret avec lequel le régime iranien a annoncé les chiffres et les informations concernant le séisme qui a fait des centaines de morts et des milliers de blessés : «Nous cachons les révoltes de la nature de la même façon que nous détournons l’opinion publique concernant nos échecs politiques (…) Des villages sont coupés du monde, des routes sont fermées, les installations de communication sont déconnectées.

Iran/séisme : l’immobilisme des autorités fustigé par les sinistrés

Kermanchah, le 13 novembre - Les victimes du tremblement de terre se plaignent de l’absence d’assistance de la part du gouvernement pour les dizaines de milliers de sinistrés dans la province du Kermanchah. Un habitant a déclaré :
« Tous les villages sont endommagés. Au cours des 40 dernières heures, personne n'est venu ici. Vous, journaliste, êtes la première personne à venir ici. Depuis 8 heures du soir jusqu'à 8 heures du matin personne n'est venu. Pas même une bouteille d’eau a été distribuée. Nous avons besoin de tente, de couverture et de pain. Beaucoup de familles n'ont pas de tente. Par ce temps froid, les familles dorment à même le sol, sans protection ».

Candice MALCOLM : « La Sénatrice Frum se dresse contre les apologistes iraniens »

 Toronto Sun, le 15 novembre 2017 - Une photo fournie par le bureau du président iranien Hassan Rouhani le montre lors d'une visite dans la région de Sarpol-e Zahab dans la province de Kermanshah, dans l'ouest de l'Iran, où il a promis le 14 novembre 2017, que le gouvernement se déplacerait rapidement pour aider ceux qui sont sans abri à cause de la catastrophe. Des dizaines de milliers d'Iraniens ont passé une deuxième nuit en plein air après qu'un séisme d'une magnitude de 7,3 ait frappé près de la frontière avec l'Irak, tuant plus de 400 personnes.(Photo AFP)

Iran news in brief, 16 November 2017


Le silence de l'Europe sur les droits de l'homme en Iran encourage de nouveaux abus

 La délégation parlementaire de l'Union Européenne en Iran devrait utiliser son influence pour impliquer l'Iran dans les droits de l'homme. Le joyeux mépris des gouvernements européens pour les violations croissantes des droits de l'homme en Iran depuis la signature de l'accord nucléaire en 2015, donne ainsi le feu vert à d'autres violations des droits de l’homme dans le pays.
Cette approche a encouragé les institutions de sécurité iraniennes à intensifier leurs violations des droits dans le pays, à emprisonner davantage de binationaux afin qu’ils servent de monnaie d'échange avec l'Occident et à s'engager dans des actions extraterritoriales de plus en plus brutales, comme la pression sur des ressortissants iraniens basés à l’étranger, avec des confiscations de biens, menaces d'arrestation et de la coercition pour espionner.

jeudi 16 novembre 2017

Iran : La priorité des mollahs est de dissimuler l’ampleur de la catastrophe et d'empêcher l’explosion de la colère populaire dans les zones sinistrées

 Le régime intégriste et ses responsables criminels, sans égard aux souffrances des populations sinistrées après le récent séisme Iran, ont essayé de camoufler l’ampleur de la catastrophe et réprimer les manifestations de la population remontée par l’immobilisme du régime.
Immédiatement après le tremblement de terre, Khamenei, le guide suprême des mollahs, a dépêché le commandant des pasdaran, Mohammad Ali Jafari, et le commandant adjoint de la milice Basij, Ali Fazli, dans les zones touchées. Au lieu d'envoyer des convois d'aide et de déployer des forces pour aider la population, les Gardiens de la révolution et les forces répressives ont envoyé des convois d'unités anti-insurrectionnelles dans la région, suscitant l'indignation de la population locale. Selon des témoins, les pasdaran n'ont joué aucun rôle pour aider la population sinistrée, leur seule mission se résumant à empêcher les manifestations populaires.

Iran : Atena Daemi alerte sur la situation d’un prisonnier politique en prison depuis 24 ans

 Atena Daemi, militante des droits civils et politiques détenue dans la prison d'Evineen Iran, a écrit une lettre pour alerter sur la situation de Mohammad Nazari, prisonnier politique détenu dans la prison de Rajai Shahr (prison de Gohardasht) à Karaj, qui a observé une grève de la faim prolongée ces derniers mois.
Mme Daemi considère la liberté comme étant un droit de ce prisonnier qui en a été privé depuis 24 ans. Elle a exhorté tous les épris de liberté à travers le monde à se mobiliser sur la « situation des prisonniers d’opinion en Iran enfermés pour une longue période derrière les barreaux dans le silence et l'injustice ».
Voici un extrait de sa lettre :

mercredi 15 novembre 2017

Iran news in brief, 15 November 2017


Le régime iranien continue de violer les droits des enfants

 le 20 novembre est désigné comme étant la Journée universelle des enfants des Nations Unies. Cependant, le régime iranien ne chérit pas les enfants. En fait, pendant la guerre Irak-Irak, il a été rapporté que le régime de Khomeiny utilisait des centaines de milliers d'écoliers comme de la chair à canon.
Les jeunes recrues n'auraient reçu qu'un à trois mois d'entraînement militaire avant d'être envoyés sur le front de la guerre. Les rapports allèguent que des enfants de neuf ans ont été utilisés dans des attaques humaines, tandis que d'autres ont explosé alors qu'ils chargeaient à travers les champs de mines pour ouvrir la voie aux Pasdarans. Beaucoup d'enfants soldats capturés par les Irakiens pendant la guerre Irak-Iran étaient au début de leur adolescence.

World Medical Association demande la libération immédiate d'un médecin emprisonné en Iran

 WMA - " World Medical Association " (Association médicale mondiale) a appelé les autorités iraniennes à libérer immédiatement et sans condition un résident suédois d'origine iranienne spécialisé en médecine d'urgence, le Dr Ahmadreza Djalali, qui a été condamné à mort pour « corruption sur terre ».
WMA estime que le Dr Djalali est un prisonnier d'opinion qui a été soumis à un isolement cellulaire et à une torture psychologique depuis sa détention en avril 2016.Dans une lettre adressée au président de la Cour suprême iranienne, Sadeq Ardeshir Larijani, le président de WMA, le Dr Yoshitake Yokokura, affirme que les droits de l'homme les plus fondamentaux du Dr Djalali ont été fafoués.

Le ministère du renseignement d’Iran a tué les parents de Parastou Forouhar. Maintenant, ça va son tour.

 Une militante iranienne qui cherche à obtenir justice pour ses parents assassinés par le ministère iranien du renseignement en 1998, sera bientôt jugée sur la base d'accusations portées contre elle  par le même ministère.
« Je dois être jugée par la 28ème chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran sur la base des accusations portées contre moi par le ministère du renseignements, l'année dernière », a écrit Parastou Forouhar, le 8 novembre 2017.

Rohani blâme les investisseurs spoliés et affirme que la Banque centrale ne peut pas apporter une aide financière aux victimes

 Lors d’une rencontre entre le chef des trois branches du pouvoir iranien, le président du régime Hassan Rohani, accompagné d’Ali Larijani, chef du Majlis (parlement des mollahs) et de Sadeq Larijani, chef du pouvoir judiciaire, ils ont eu l’arrogance de critiquer les investisseurs qui ont perdu toutes leurs économies placées auprès des institutions financières publiques.

L’immobilisme du régime après le tremblement de terre dévastateur en Iran

 Dimanche soir, un séisme de 7,3 sur l’échelle de Richter a frappé l’Iran à la frontière de l’Irak. L’agence de presse IRNA a rapporté qu’au moins 530 personnes ont été tuées, plus de 8000 blessées et des dizaines de milliers d’habitations ont été détruits.
Or, la réalité est bien pire que celui rapportée par les médias du régime, selon Farhad Tajari, un membre du parlement iranien pour Ghasr Shireen, une ville à l’ouest de l’Iran qui a subi de lourdes pertes.

Des députés s’informent de la situation des droits humain en Iran lors d’une exposition près du Palais Bourbon

 Des députés ont pu s’informer, le 14 novembre, de la situation des droits de l’homme en Iran à l’occasion d’une exposition en plein air. Cette exposition sur l’état des violations des droits humains en Iran s’est tenue durant l’après-midi du mardi à proximité de l’Assemblée nationale.
Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la campagne internationale pour réclamer justice pour les victimes du massacre de 1988. Plus de 30 000 prisonniers politiques avaient alors été exécutés suite à une fatwa de Khomeiny.

La Troisième Commission des Nations Unies adopte une résolution condamnant les violations des droits de l'homme en Iran

 Maryam Radjavi appelle l'ONU à lancer un comité chargé d'enquêter sur le massacre de 1988 en Iran et à poursuivre et punir les responsables
Mme Maryam Radjavi, la présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, a salué la 64ème résolution de l'ONU condamnant les violations des droits de l'homme en Iran adoptée il y a quelques heures seulement par la Troisième Commission des Nations Unies. Elle a souligné: "Le moment est venu pour la communauté internationale et en particulier le Conseil de sécurité de l'ONU de prendre des mesures efficaces contre le fascisme religieux au pouvoir en Iran pour ses violations flagrantes et systématiques des droits de l'homme en Iran, notamment les exécutions brutales, massives et arbitraires. "

mardi 14 novembre 2017

Iran news in brief, 14 November 2017



Les prisonniers politiques d'Evine en Iran écrivent une lettre concernant la détérioration de la santé de leur compagnon de cellule

  Les prisonniers politiques, Soheil Arabi, Ali Akbar Ardeshir, Behfar Laleh Zari et Alireza Tavakoli, détenus dans la section 8 de la prison d'Evine, en Iran, ont écrit une lettre ouverte évoquant la mauvaise santé physique du prisonnier politique, Alireza Golipour, et sa condamnation injuste. Ils ont dit que s’il ne recevait pas des soins urgents, ils feraient une grève de la faim afin de le soutenir.
 
 Voici en partie, ce que l’on peut lire sur cette lettre :

Iran : Les femmes et les enfants des suspects de l'Etat islamique sont transférés dans la prison d'Evine

 Une section du quartier des femmes de la prison d'Evine est en construction depuis un certain temps.
Cette section a été séparée de la section où sont détenus les prisonnières politiques et d'opinion.
 Au cours de cette semaine, un grand nombre de femmes et parfois d'enfants, dont les maris et les pères ont été accusés d'être membres de l'Etat islamique, ont été transférés dans cette zone.

Iran : Nazanin Zaghari comparaît devant le tribunal révolutionnaire pour de nouvelles accusations.

 Nazanin Zaghri a été emmenée soudainement sans avocat devant la 15ème section du tribunal révolutionnaire, présidée par le juge Salavati, samedi 4 novembre.
Elle fait face aux mêmes accusations, mais cette fois sous la forme d'une nouvelle affaire, on l’a menacée de doubler sa peine.
 Source : Les Militants des droits de l'homme en Iran, 6 novembre 2017

La police portuaire d’Iran tire sur deux citoyens à Bandar Abbas

 Le dimanche 5 novembre 2017, la police portuaire de Bandar Abbas, en Iran, a tiré sur un bateau sur lequel se trouvaient deux jeunes baloutches de Kargan, tuant l’un et blessant l'autre.
À la suite de l'incident, une foule s'est rassemblée pour protester contre le meurtre du jeune.
 Les forces de sécurité ont tiré en l’air pour disperser les manifestants et l'une des balles a frappé le dôme de la Grande Mosquée de Kargan. L'identité des occupants du bateau est Sohrab Mollahi (tué) et Mohammad Mallahi (blessé). Des sources bien informées ont déclaré : les jeunes ne transportaient aucune marchandise.
Source : Campagne des activistes baloutches, 6 novembre 2017)

Maryam Radjavi exprime ses condoléances pour les victimes du terrible séisme en Iran et invite la population à secourir les populations sinistrées - vidéos

 Maryam Radjavi, présidente-élue de la Résistance iranienne, a exprimé ses vives condoléances aux familles des victimes d’un puissant séisme qui a frappé la nuit dernière plusieurs régions de l’Iran, dont Qasr-e chirin, Islamabad, Sar-e Pol Zahab, Salas Babajani et Kerend.
Rappelant les antécédents criminels de négligence et d'irresponsabilité du régime des mollahs dans des circonstances similaires, Mme Radjavi a appelé la population, en particulier les jeunes, à secourir les personnes encore sous les débris et à porter assistance aux blessés et sans-abris. « Il est maintenant le temps de la solidarité et d’une aide urgente aux familles en détresse », a-t-elle déclaré.

Video: Powerful earthquake hits Iraq and Iran, killing more than 300

 BAGHDAD/ANKARA, Reuters, November 13, 2017 - At least 332 people were killed in Iran and Iraq when a magnitude 7.3 earthquake jolted the region on Sunday, state media in the two countries said, and rescuers were searching for dozens trapped under rubble in the mountainous area.
State television said more than 328 people were killed in Iran and at least 2,500 were injured. Local officials said the death toll would rise as search and rescue teams reached remote areas of Iran. 

lundi 13 novembre 2017

Iran news in brief, 13 November 2017


Iran : Une femme kurde torturée en raison de confessions faites à la télévision

 Une kurde iranienne est soumise à la torture et à des pressions inhumaines pour avoir fait de fausses confessions à la télévision.
Chini Akharkhoob, originaire de Saqqez, une ville située dans la province du Kurdistan iranien, qui a été arrêtée par des agents du renseignement le 26 septembre 2017, est toujours en prison depuis 40 jours. Le ministère du renseignement a dit à Mme Akharkhoob qu'ils ne la libéreraient qu'après s'être exprimée contre les partis d'opposition kurdes devant la caméra.

Réponse de Soheil Arabi : "Main dans la main, nous déracinerons l'oppression et renverserons les oppresseurs", en Iran

 CSDHI, le 11 novembre 2017 - En réponse au prix annuel de Reporters sans frontières qui lui a été décerné, le 7 novembre dernier, le prisonnier politique iranien Soheil Arabi a déclaré dans une lettre : « Aucune récompense ne peut me rendre heureux à moins qu’ensemble, nous déracinions l'oppression et renversions les oppresseurs ».
Dans une partie de la lettre, ce prisonnier politique actuellement détenu dans le quartier 8 de la prison d'Evine a déclaré : « Lorsque la plupart des médias étaient entre les mains de deux factions qui rivalisaient dans la censure et le conservatisme, quand quelques personnes ont été payées pour promouvoir l’analphabétisme et la superstition pour nous tromper, j’ai décidé d'être un journaliste indépendant, pour que je puisse refléter toute la vérité sans retouche ni censure ».

Le séisme en l'ouest de l'Iran

Nous exprimons nos condoléances aux familles des victimes d’un puissant séisme qui a frappé plusieurs régions de l’Iran. Nos cœur est avec des familles affligées qui ont perdu leurs proches.Nous prions pour un prompt rétablissement des blessés.

Association humanitaire iranienne au Luxembourg

dimanche 12 novembre 2017

Une réorientation stratégique de la politique de l'UE envers le régime en Iran est impérative - Vidal-Quadras

 Les Gardiens de la révolution (pasdaran) ont dirigé l'invasion secrète de régime iranien dans plusieurs pays du Moyen-Orient depuis plusieurs années. La décision récente de l'administration américaine d’inscrire les pasdaran sur la liste des entités terroristes rend plus que nécessaire l’éviction du régime islamiste de la région, a écrit Alejo Vidal-Quadras, président du Comité international pour la recherche de la justice (ISJ),»
L’ancien vice-président du Parlement européen a expliqué dans un article publié le 8 novembre dans Euro Active :

Iran : Un avocat des droits de l'homme condamné pour propagande contre le gouvernement

 Le 8 novembre, l'avocat et militant des droits de l'homme, Mohammad Najafi, a été accusé de « propagande contre le gouvernement » par le tribunal révolutionnaire de Shazand, en Iran.
« Dans cette affaire, Mohammad Najafi a été accusé de propagande contre le gouvernement pour ses écrits sur Facebook et en raison des documents qu'il a publiés sur la chaîne Poshte Kohi Telegram », a indiqué une source bien informée.
Selon la source, un autre élément d’accusation de (diffusion de propagande contre le gouvernement) était le maillot qu'il portait avec les mots « Ashura 2009 », et un discours qu'il a prononcé dans la maison de Gohar Eshghi, la mère du manifestant tué, Satar Beheshti .
La ville de Shazand est située dans la province de Markazi.
 Source : Les militants des droits de l'homme en Iran, le 8 novembre 2017

Iran : Un prisonnier malade attaché à son lit d'hôpital

 Le militant syndicaliste kurde Mahmoud Salehi, qui a été transféré à l'hôpital pour un traitement médical, a été attaché à son lit d'hôpital.
La famille de l'activiste kurde a déclaré que le médecin avait recommandé qu'il soit transféré dans un hôpital de Téhéran, de Tabriz ou d’Oroumieh pour y être soigné.
Ce militant syndical a été admis dans l'unité des soins cardiaques. Il souffre également d'insuffisance rénale pour laquelle il doit recevoir une dialyse deux fois par semaine.

Le ministre du travail déclare qu'il existe 10 millions d'analphabètes en Iran

 Le ministre du Travail, Ali Rabiei, a déclaré qu'il y avait 10 millions d'analphabètes dans le pays.
« Un nombre important d'entre eux ont plus de 50 ans », a-t-il ajouté.
« Il existe une relation significative entre la pauvreté et les compétences, et les personnes sans compétences sont rapidement rattrapées par la pauvreté », a-t-il ajouté.
 Source : Iran Press News, le 3 novembre 2017

Iran : Un jeune garçon de 13 ans succombé aux coups reçus par les forces de sécurité

 Le lundi 6 novembre, Rasoul Yousefi, un kurde de 13 ans, a été arrêté par les forces de sécurité pour avoir transporté un bidon d'essence de 20 litres et il est mort après avoir été violemment battu par les forces de la sécurité.
A la suite de publication de la nouvelle, les habitants du district de Khoy ont organisé une manifestation devant les douanes de Razi, demandant une explication aux autorités concernant le meurtre de l'adolescent. Mais jusqu'à présent, personne n'a été tenu responsable de la mort du jeune garçon de 13 ans.
 Source : Kurdpa, le 4 novembre 2017

Quatre exécutions à la prison d’Oroumieh en Iran et un prisonnier pendu dans la prison de Rajai Shahr

 Mardi 7 novembre, un prisonnier de 24 ans qui s’appelle Nour-Mohammad Shinvari, et qui a été reconnu coupable de meurtre, a été placé en isolement dans la prison de Zahedan, en Iran, afin d’être exécuté. Selon les rapports, son exécution a été reportée à une date ultérieure.
Pendant ce temps, quatre prisonniers ont été exécutés dans la prison centrale d'Oroumieh.
Après identification, nous avons appris qu’ils se nommaient Asghar Ranjbar, Hedayat Shirzad, Hassan Bashoghi et Ali Zare.

samedi 11 novembre 2017

Iran news in brief, 11 November 2017


Iran : La réaction du prisonnier politique Soheil Arabi à son Prix RSF pour la liberté de la presse

 Le photographe iranien Soheil Arabi a été récompensé le 7 novembre du Prix Reporters sans frontières (RSF) dans la catégorie “journaliste-citoyen”. En réponse au prix annuel de Reporters Sans Frontières qui lui a été décerné, Soheil Arabi, un prisonnier politique iranien incarcéré depuis 2013 dans les geôles intégristes en Iran, a écrit dans une lettre : « Aucune distinction ne peut me rendre heureux, si, ensemble, main dans la main, nous ne déracinons pas l'oppression et ne renversons pas les oppresseurs. »

La Maison-Blanche : le régime iranien prolonge la guerre au Yémen

 Le régime iranien prolonge la guerre au Yémen pour saper les efforts de l’ONU pour mettre fin au conflit grâce à la diplomatie, a affirmé la Maison-Blanche mercredi. Les États-Unis ont également accusé le régime iranien de poursuivre leur objectif de domination régionale et de fournir aux rebelles Houtites au Yémen des armes modernes, dont des missiles balistiques qui ont été utilisés pour attaquer Makkah et Riyad cette année.

vendredi 10 novembre 2017

Iran news in brief, 10 November 2017


Iran : Les Hackers des Pasdarans piratent les journalistes iraniens basés à l'étranger

 Les pirates travaillant pour les Pasdarans ont ciblé les journalistes basés à l'étranger avec une campagne contre les programmes malveillants, lancée le 6 novembre 2017.
Une enquête menée par le Centre pour les droits de l'homme en Iran (CDHI) a montré que le programme malveillant (malware), qui a pris pour cible les utilisateurs d'ordinateurs Mac, était envoyé dans un fichier ZIP qui prétendait contenir un « article sur les droits des femmes ». Une fois ouvert, le fichier libérait le malware dans l'ordinateur de la victime.

34 ONG exhortent les États membres de l'Assemblée générale des Nations Unies à soutenir une résolution sur les droits de l'homme en Iran

 Trente-quatre ONG iraniennes et internationales, y compris le Centre pour les droits de l'homme en Iran (CDHI), ont envoyé une lettre conjointe aux Etats membres de l'Assemblée générale des Nations Unies leur demandant de soutenir la résolution A / C.3 / 72 / L.41, sur les droits en Iran, qui sera voté la semaine prochaine devant la Troisième Commission.

Iran : 21 femmes divorcent toutes les heures

 « 21 divorces sont enregistrés chaque heure ». Ce sont les dernières statistiques fournies par les fonctionnaires de l'Organisation iranienne de la protection sociale. En d'autres termes, 439 couples se séparent chaque jour.
Selon un rapport de Salamat News, contrôlé par l'État, le 6 novembre 2017, 174 000 divorces ont été enregistrés entre mars 2016 et mars 2017, ce qui représente une augmentation de 6 % par rapport à l'année précédente. 60 % des mariages se sont soldés par un divorce avant 5 ans, dont 13 % n’ont pas duré plus d'un an.
19 444 jeunes femmes divorcées en 2015 avaient moins de 20 ans.
60 % des cas de divorce sont intentés par des femmes.
 Source : Les droits de l’homme en Iran

Iran : L'épouse d'un homme disparu a été victime d'une fausse couche suite au raid des agents du renseignement

 Un homme kurde qui se nomme Erfan Karimi a disparu depuis quatre mois en Iran et nous n’avons aucune information du lieu où il se trouve ni ce qui lui est arrivé, à ce jour.
Erfan Karimi, est accusé de collaboration avec les partis d'opposition kurdes. Il avait été soumis à la pression des agents du renseignement de Sanandaj, capitale du Kurdistan iranien et il a été menacé à plusieurs reprises puis arrêté.

jeudi 9 novembre 2017

Iran news in brief, 8 November 2017


Iran : Escalade de colère de la population spoliée par les institutions du régime contre Khamenei - vidéo

 Interdiction par le Conseil suprême de sécurité des mollahs de diffuser les protestations des manifestants
Suite au développement des protestations des personnes spoliées par les institutions financières du régime iranien et la colère grandissante contre le guide suprême des mollahs, Ali Khamenei, le Conseil suprême de sécurité du régime a ordonné aux chaines publiques de ne pas diffuser d’information concernant les manifestations des personnes spoliées.

Iran : Le vice-ministre de l'Intérieur de Rohani admet sans vergogne que les porteurs sont abattus

 Un enfant de 13 ans tué sous la torture pour avoir transporté 20 litres d'essence
Le brigadier général Hossein Zolfaghari, du Corps des Gardiens de la révolution (CGRI / pasdaran) et vice-ministre de l'Intérieur dans le cabinet de Rohani, a qualifié de « trompeuses » les informations sur les tueries des pauvres porteurs en Iran. Traitant les porteurs de « contrebandiers », Zolfaghari a déclaré : « Ceux qui sont abattus ne sont pas des porteurs. La question des porteurs est différente de celle des contrebandiers. La nuit, il y a des gens qui s’adonnent à la contrebande dans les montagnes.

Iran : Des élèves du primaire punies pour avoir parlé dans leur langue maternelle

 Samedi 4 novembre 2017, lors de la commémoration de la journée des étudiants en Iran, les élèves d'une école primaire pour filles de Beit Mohareb, à la périphérie d'Ahwaz, en Iran, ont été punies par l'enseignante pour avoir parlé arabe et elles ont été forcées d'écrire, 100 fois, « on ne parle pas arabe en classe ».

Iran : Deux citoyens bahaïs ont été arrêtés à Racht

 Le mardi 31 octobre 2017, deux citoyens bahaïs, Keyvan Pezeshki et Navideh Bakhshi, ont été convoqués par les services de renseignements de Racht, en Iran.
Après leur interrogatoire et leur arrestation par les forces du ministère du renseignement, ils ont été transférés dans un lieu inconnu. Les familles n'ont pas été informées de l'endroit où ils se trouvent ni sur les raisons de leur arrestation.

En Iran, les salons de coiffure pour femmes et les mariages sont soumis à davantage de restrictions

 La deuxième réunion du parquet de Téhéran en Iran s'est déroulée en présence d'Abbas Jafari Dolatabadi, le Procureur de Téhéran.
Lors de cette réunion, Amir Ghotbi, le procureur adjoint et président du Comité de coordination des préjudices sociaux du parquet de Téhéran, a annoncé que 38 salons de coiffure et de beauté avaient été identification et avaient reçu un avertissement pour avoir fait de la publicité non autorisée sur internet. Ces mesures ont conduit à la suppression dans les réseaux des pages associées.

Iran : Lettre de prisonniers politiques à Antonio Guterres, Secrétaire Général de l’ONU

 Un groupe de prisonniers politiques de la prison de Gohardacht à Karadj, en Iran, a adressé une lettre au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres :
"A l’attention de Monsieur le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres,
À la suite du rapport de la Rapporteuse spéciale à l'Assemblée générale et après avoir entendu les calomnies massives contre la Rapporteuse, à la télévision de la prison, nous avons pris conscience des raisons qui expliquent la récente maltraitance que subissent des prisonniers politiques.

Iran : Cinq ans de prison pour avoir réclamé le droit d'étudier

 Ce sont trois jeunes en Iran. Ils se sont vu interdire de suivre des études supérieures pour l'unique raison qu'ils sont de confession bahaïe. Pour avoir réclamé leur droit inscrit dans la Constitution des mollahs, ils ont fini par être condamnés à la prison.
Deux jeunes filles, Rouhieh Safajou et Tara Houchmand, toutes les deux âgées de 21 ans, et un jeune, Sarmad Chadabi, 22 ans, ont réussi leurs concours d'entrée à l'université fin 2014, mais leurs dossiers ont été frappés de rejet pour la seule raison de leur foi bahaïe interdite par le régime des mollahs en Iran.