samedi 23 septembre 2017

Iran news in brief, 23 September 2017


Message de Maryam Radjavi pour la rentrée scolaire en Iran

 La jeunesse iranienne et ses nobles enseignants ne veulent pas de ce régime hostile à l’éducation
Vaillants étudiants et élèves,
Dignes enseignants d’Iran,
Je vous salue à l’occasion de la rentrée scolaire en Iran. J’espère que cette année sera pour vous non seulement une année de succès dans vos études, mais aussi une année d’avancée et d’insurrection pour renverser la dictature religieuse et instaurer la liberté.

Accélération du rythme de la Pauvreté en Iran


 L’accélération du rythme d'extension de la pauvreté en Iran est due à la corruption généralisée et l’incurie des responsables qui dilapident les richesses du pays dans leurs programmes militaires et leur aventurisme régionale. Les effets néfastes de la pauvreté au sein de la population sont tellement patents que même les médias officiels et les responsables du régime sont inévitablement forcés de l'admettre.

Un couple chrétien arrêté en Iran

 Mercredi 20 septembre, un couple chrétien a été arrêté par les forces de police après avoir été convoqué au bureau principal des renseignements du régime iranien à Téhéran. Ces chrétiens nouvellement convertis ont été accusés d’avoir agi selon des rituels de la chrétienté lors d’un enterrement dans le cimetière Behesht-e Zahra à Téhéran.
Le 10 septembre, Mehrdad Houshmand et sa femme, Sarah Nemati, ont participé en tant que nouveaux chrétiens à une cérémonie d’enterrement tenue dans la section 300 du cimetière Behesht-e Zahra. Pendant cette cérémonie, ils ont suivi un rituel et fait quelques prières selon leurs rites religieux.

vendredi 22 septembre 2017

Iran news in brief, 22 September 2017


Une présence remarquée des jeunes iraniens dans la manif contre Rohani à l'ONU

 Mercredi, l’esplanade de l'Assemblée générale des Nations Unies était remplie des membres de la diaspora iranienne protestant contre la présence à l'ONU du représentant du régime despotique en Iran, Hassan Rohani.
La foule, habillée en jaune vif, a lancé ses appels pour la démocratie et la liberté pour l’Iran et son soutien à la présidente de la Résistance iranienne, Maryam Radjavi, et a exprimé sa révulsion à l’idée qu’un criminel soit accueilli à l’ONU.

Iran : Une prisonnière politique privée des visites de sa famille

 La prisonnier politique Zainab Jalalian a parlé dans une interview de la détérioration de sa santé et a déclaré que ses visites hebdomadaires avec sa famille avaient été interrompues par la sécurité de la prison.
La prisonnière politique kurde est dans sa dixième année d'emprisonnement.
« Il y a quelque temps, j'ai déposé une plainte écrite concernant l'abus de drogues dans la section », a déclaré Jalalian.

Iran : cinq nouvelles exécutions dans les villes de Boroujerd, Khorramabad et Tabriz

 Les 18 et 19 septembre, à l’aube, deux prisonniers ont été pendus dans les prisons de Boroujerd et Khorramabad, en Iran.
Le détenu pendu dans la prison de Boroujerd a été identifié. Il se nomme Hossein Dalvand alors que Haji Sabzali a été pendu mardi dans la prison de Parsilon à Khorramabad.
Trois autres prisonniers accusés de meurtre ont été exécutés le 18 septembre 2017 dans la prison de Tabriz Central.

Iran : Leila Bayat fouettée 80 fois

 L'ordre de fouetter 80 fois Leila Bayat a été mis en œuvre, en Iran, mardi le 19 septembre 2017, dans l’après-midi. Leila Bayat avait cherché refuge en Norvège mais elle avait été expulsée et renvoyée en Iran en mars 2017.
Elle avait été arrêtée en 2007 avec trois de ses amis lors d’une fête privée et condamnée à 80 coups de fouet pour avoir bu des boissons alcoolisées.
 Leila a été séparée de son fils de 13 ans et elle est revenue en Iran le 11 mars 2017.
 Depuis, elle a renouvelé ses efforts pour stopper la condamnation à la flagellation, mais en vain. La peine inhumaine a finalement été appliquée, le 19 septembre à Téhéran.
 Source : Les droits de l'homme en Iran

L'Iran ampute les mains de trois prisonniers en une seule journée

 Le Procureur adjoint de la province de Qom en Iran a annoncé que les autorités iraniennes ont amputé les mains de trois voleurs présumés, condamnés le 21 septembre 2017, selon l'agence de presse officielle, Irib.
Il n'y a aucun détail sur la façon dont la punition a été effectuée et les médias officiels n'ont pas donné de détails ni identifié les prisonniers par leur nom.

Iran : Deux femmes en grève de la faim sèche

 Deux disciples du chef d'un groupe de mystique emprisonné ont entamé une grève de la faim sèche, le 19 septembre 2017.
Melika Kavandi et Zahra Shafii Dehaghani avaient été arrêtées, 23 jours avant, à l’extérieur de la prison d'Evine alors qu’elles protestaient contre la peine de mort prononcée contre le prisonnier de conscience, Mohammad Ali Taheri.
Elles ont ensuite été emmenées dans la prison de Shahr-e Ray et détenues là-bas sans être informées de quoi elles étaient accusées et de la détermination du statut de leur affaire.

Message de Maryam Radjavi a la manifestation des Iraniens devant l’ONU à New York

 Mes chers compatriotes,
Amis de la résistance,
Je salue votre manifestation et votre résistance qui honore le peuple iranien.
Je remercie les personnalités éminentes venues à votre rassemblement en solidarité avec la résistance du peuple iranien.
Votre rassemblement aujourd’hui fait aussi entendre le cri des Iraniens et de la société des nations protestant contre l’accueil du président d’un régime inhumain à l’ONU.

jeudi 21 septembre 2017

Iran : augmentation des exécutions publiques à la veille du mois sacré de Mouharram pour intimider la population

 Pour intensifier l’atmosphère de terreur et d’intimidation dans la société et empêcher les manifestations populaires pendant le Mouharram (un mois sacré de l'islam), les autorités criminelles ont décidé d’augmenter les exécutions publiques en Iran.
Rien qu’entre le 12 et le 20 septembre, cinq prisonniers ont été pendu en public, dont un jeune homme de 27 ans originaire d’Islamabad, un autre prisonnier originaire de la ville d’Anbarabad dans la province de Kerman (le 12 septembre), un prisonnier dans le boulevard Modarres à Ilam (le 17 septembre), un prisonnier dans le parc de la municipalité de Salmas (le 14 septembre), et un autre prisonnier à Pars Abad Moghan dans la province d’Ardebil.

Iran : Affrontements à Arak, arrestation de dizaines d’ouvriers protestataires - vidéo

La Résistance iranienne appelle la population à soutenir les travailleurs d'Arak
La Résistance iranienne salue les travailleurs des usines Azarab et Hepko d'Arak qui ont protesté courageusement ces derniers jours pour leurs droits et appelle la population et les jeunes iraniens à témoigner leur solidarité. Elle appelle également les organisations internationales de défense des droits des travailleurs à soutenir les militants syndicaux victimes de répression en Iran et à prendre des mesures efficaces pour libérer les détenus.

Iran: arrestation d’un derviche et d’un militant des droits de l’Homme

 Les forces de sécurité du régime iranien ont arrêté un enseignant militant des droits de l’homme à Téhéran et un derviche (soufi) à Qom.
Amir Ali Mohammadi Labaf, un derviche originaire de Gonabad, a été arrêté par les agents de sécurité lundi 18 septembre devant le département judiciaire à Qom. En 2006, il avait été condamné à 5 ans de prison, 74 coups de fouet et 5 ans d’exil pour trouble à l’ordre public et insultes aux saintetés à cause de ses prières lors d’une réunion derviche.

Iran : Une femme innocente condamnée à 18 ans de prison

 Une femme kurde, qui est actuellement détenue dans la prison centrale de Sanandaj, en Iran, a été condamnée à 18 ans de prison pour une prétendue complicité de meurtre. Elle s’appelle Farangiz Zareie.
Son mari a été exécuté, il y a 3 ans, et Frangiz, qui a une mère d’un certain âge au foyer, est en prison depuis cinq ans.
Selon un de ses détenus, elle a affirmé à plusieurs reprises qu'elle n'avait aucune connaissance du meurtre et qu'elle n'y avait jamais participé. Néanmoins, ses interrogateurs refusent de la libérer.
 Source : Les droits de l’homme en Iran

Iran : L’épouse d'un activiste politique licenciée de son travail

 Le prisonnier politique Sohail Arabi a écrit dans une lettre de la prison d'Evine que, après trois semaines de grève de la faim, le pouvoir judiciaire a non été incapable de prendre ses demandes en considération, mais les interrogateurs du service du renseignement des pasdarans ont continué à le harceler ainsi que à sa famille en faisant pression sur eux et en menaçant l'employeur de sa femme.

Iran : En une seule journée, 13 exécutions dont deux en public ont été effectuées

 Un homme a été pendu publiquement hier, le 20 septembre 2017, dans la ville de Pars Abad dans la province d'Ardebil, au nord-ouest de l'Iran. Il a été reconnu coupable de meurtre, selon l'agence de presse officielle Tabnak.
Un autre homme qui n'a pas été nommé par les médias d'Etat a été exécuté en public le même jour dans la province du nord du Golestan, selon l'agence de presse publique Rokna.

Iran : Trois exécutions dans les villes de Qazvin et Mashhad

 Deux prisonniers ont été pendus hier, le 20 septembre 2017, sur des accusations liées à la drogue dans la prison de Choubindar de Qazvin, au nord-ouest de Téhéran, en Iran.
Ils s’appelaient Tayeb Hajizadeh et Mojtaba Rahmati, ils étaient âgés de 53 ans. Ils étaient dans le quartier des condamnés à mort depuis respectivement cinq et trois ans.

Iran : La jeunesse bahaïe interdite d’enseignement supérieur

 Un certain nombre de jeunes bahaïs a été privé d'études universitaires dans diverses villes d'Iran, prétextant des « problèmes dans leurs dossiers », malgré les examens d'entrée à l'université. Vingt et un de ces étudiants ont été identifiés.
« Les problèmes dans leurs dossiers » est une excuse habituellement utilisée par l'Organisation de l'éducation pour exclure les bahaïs d’intégrer l'enseignement supérieur ou secondaire.

Exécution de deux prisonniers à Ardebil en Iran ; Appel à porter secours à 25 jeunes dans couloir de la mort dans la même prison

 le 18 septembre 2017 - La Résistance iranienne appelle les autorités internationales, en particulier le Haut-Commissaire aux droits de l'homme, le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme en Iran et tous les défenseurs des droits des enfants et des jeunes à prendre des mesures immédiates pour sauver les 25 détenus condamnés qui se trouvent dans le couloir de la mort dans la section des jeunes, dans le quartier central des jeunes de prison d'Ardebil.

Iran : Un membre de l’Association des enseignants du Kurdistan est placé en détention

 Mokhtar Asadi, membre de l'Association des enseignants du Kurdistan, a été arrêté le lundi 18 septembre par le tribunal de Moghadas à Téhéran en Iran.
Il a été convoqué lors d’un appel téléphonique pour des questions liées à sa caution, puis il a été arrêté au bureau du procureur et transféré dans la prison d'Evine pour purger une peine d'emprisonnement d'une année.
 Soiurce : Les droits de l’homme en Iran

Maryam Radjavi salue le premier témoignage d’un président américain soulignant la nécessité d’un changement de régime en Iran

 La reconnaissance du CNRI comme seule alternative démocratique viable au régime théocratique est indispensable pour rectifier les politiques antérieures désastreuses des États-Unis concernant l’Iran.
Dans une partie de son message lors de la 72ème session de l'Assemblée Générale des Nations Unies, le 19 septembre, le président américain, Donald Trump, a tenu des propos sur le peuple iranien et la dictature religieuse au pouvoir dans ce pays. Il a souligné avec justesse que « les victimes les plus longues des dirigeants iraniens sont, en fait, leur propre peuple » et a déclaré : « Le monde entier comprend que le bon peuple d’Iran veut un changement.»

Iran : Un prisonnier pendu devant ses codétenus

 Un prisonnier a été exécuté dans la prison centrale d'Ardebil, en Iran, le lundi 18 septembre 2017.
Le prisonnier, qui a été reconnu coupable de relation illégitime, était âgé de 24 ans, et s’appelait Shahin Parsajoo.
 Au cours de l'exécution, les autorités pénitentiaires ont obligé une cinquantaine de prisonniers à y assister et à regarder la scène.
 Source : Les droits de l'homme en iran

Iran : Une femme est exécutée à Zanjan

 Une femme identifiée grâce à ses initiales, N.A. a été exécutée, le 19 septembre 2017, à Zanjan, en Iran, pour meurtre.
Selon le ministère de la justice de la province de Zanjan, Hassan Mozaffari a annoncé l'exécution de cette femme.
 Il a déclaré que l’exécution a été effectuée le mardi 19 septembre 2017, au matin, dans la prison centrale de Zanjan, a signalé, le même jour, l’agence de presse officielle, Mehr.
C'est la 81ème femme exécutée durant la présidence de Rohani.
 Source : Les droits de l'homme en Iran

Iran : Un jeune homme condamné au fouet et à l'exil pour relation illégitime

 Un jeune homme originaire de Téhéran, en Iran, qui se nomme Saied et qui est âgé de 35 ans, a été condamné à recevoir 100 coups de fouet, à 18 mois de résidence obligatoire dans une ville éloignée et à 180 heures de service communautaire au bénéfice de la municipalité pour avoir eu une relation illégitime.
Source : Site web, Tahanak

Iran : Un prisonnier sévèrement battu par les gardiens de la prison de Gohardasht est privé de soins

 Un prisonnier détenu dans la prison de Gohardasht à Karaj, en Iran, qui a été battu par les gardiens de la prison, il y a environ deux semaines, s'est vu refuser l'accès à un traitement médical nécessaire malgré une main cassée.
Les plaintes de Mohammad Azizi portées contre les auteurs ont été vaines en raison de son impossibilité d’avoir accès aux autorités judiciaires. Selon les rapports, le gardien de la prison a été identifié par son nom de famille. Il s’appelle Kaviani.
 Source : Les droits de l’homme en Iran

Iran : Un porte-parole du pouvoir judiciaire affirme qu’un universitaire emprisonné est détenu pour des raisons de sécurité

 Le journaliste de Fars : Ces dernières semaines, un certain nombre de personnes ont été arrêtées pour des raisons inconnues, comme M. Beheshti.
Certains groupes considèrent que certaines de ces arrestations sont liées à des syndicats. Veuillez préciser si ces arrestations étaient liées à des syndicats ou s'il y avait d'autres raisons et sur quelles accusations ces personnes ont été reconnues coupables.

Iran : Une joueuse de l'équipe nationale féminine de futsal pourrait être condamnée à mort au sujet d’un accident

 L’affaire d’une célèbre joueuse de l’équipe féminine nationale de futsal est toujours ouvert et pourrait entraîner une condamnation à mort, selon le rapport du site Web officiel de Football, datant du 18 septembre 2017.
Le 13 mai 2017, la joueuse de futsal a heurté un policier dans le quartier de Narmak en rentrant chez elle et l'a tué. La joueuse est actuellement libre sous caution, mais le père de la victime veut qu’une peine de rétribution soit prononcée contre elle.

13 prisonniers attendent leur exécution dans la prison de Gohardasht en Iran

 Treize prisonniers ont été transférés en cellule d'isolement, le 17 septembre 2017, dans la prison de Gohardasht, en Iran, en vue de leur exécution.
Selon les rapports, leur âge varie entre 33 et 38 ans. L'exécution de ces prisonniers est imminente.
Six de ces prisonniers ont été identifiés. Il s’agit de Saied Abbaspour, Jafar Zamani, Mojtaba Ghiasvand, Jamshid Javanbakhsh, Hossein Ali Shir et Siamak Ne'mati.
La plupart d’entre eux ont été condamnés à mort pour des meurtres.
 Source : Les droits de l'homme en Iran

mercredi 20 septembre 2017

Iran news in brief, 19 September 2017


Deux exécutions à Ardebil en Iran ; appel pour 25 jeunes dans le couloir de la mort dans la même prison

 Certains condamnés étaient mineurs au moment des faits reprochés
La Résistance iranienne appelle les autorités internationales, en particulier le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme en Iran et tous les militants des droits des enfants et des jeunes à prendre des mesures immédiates pour sauver la vie de 25 détenus qui se trouvent dans le couloir de la mort, dans le quartier des jeunes de de la prison d'Ardebil.

Le sort de l’accord sur le nucléaire sous les projecteurs pendant la visite de Rohani à New York

 Avec la participation du président du régime iranien, Hassan Rohani, à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, les médias du régime ont publié différents contenus concernant les objectifs du voyage de Rohani.
La télévision du régime a rapporté dimanche 17 septembre : « À la demande de Frederica Mogherini, la haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, une commission conjointe sur l’accord sur le nucléaire se tiendra en parallèle de l’Assemblée générale de l’ONU. Par ailleurs, il semble que le principal objectif de la visite du président à New York soit d’envoyer un avertissement clair.»

Le régime de l’Iran détruit les tombes des martyrs de l’OMPI / MEK tués lors du massacre de 1988

 Iran News Update, le 17 septembre 2017 - Alors que des centaines de personnalités et avocats internationaux ont demandé qu’un procès ait lieu contre les dirigeants du régime et les auteurs du massacre des membres et des sympathisants de l'OMPI / MEK en 1988, le régime iranien essaie de détruire les tombes des martyrs du MEK tués à l’occasion de ce crime.
Selon les rapports de différentes parties de l'Iran, le régime a éliminé les signes de ce génocide contre le MEK dans plusieurs villes, y compris Ahvaz (sud-ouest de l'Iran), Mashhad (nord-est), Isfahan (centre de l'Iran), Tabriz et Ardabil (nord-ouest) etc. Ils cherchent à détruire les charniers des membres du MEK de façon à ce que les familles ne puissent rendre hommage à leurs proches comme ils l'ont fait depuis des années de diverses façons, comme cimenter les tombes ou enlever les ordures etc.

Iran : Un délinquant juvénile dans le couloir de la mort depuis 11 ans

 Yahya Firouzi a été impliqué dans une affaire de meurtre avec son frère aîné à l'âge de 17 ans.
Il a été condamné à 15 ans de prison et à mort. Il est toujours maintenu dans un état d’incertitude et les plaignants dans l'affaire ont changé d'adresse et ne sont pas enclins à donner suite à cette affaire.
 Yahya Firouzi est né le 29 avril 1998 dans le village de Sagan-Oulia, dans le territoire de Gilan-e-Gharb, en Iran. Il a commis un meurtre en décembre 2006 à l'âge de 17 ans, avec son frère Lotfollah, qui avait 27 ans à l'époque.
 Yahya a été arrêté et accusé de meurtre au deuxième degré puis il a été condamné à 15 ans de prison, mais la cour suprême a changé cette accusation en complicité de meurtre et il a également été condamné à mort.
 Maintenant, après 11 ans d'emprisonnement, il est encore dans une situation incertaine dans la prison de Rajai Shahr, à Karaj.
Yahya a été privé d'avoir un avocat durant toutes les étapes du processus de l'affaire.

Le ministère du renseignement de Rohani maintient en prison l’éminent avocat des droits de l’homme, Abdolfattah Soltani, déclare sa fille

 Abdolfattah Soltani, qui a passé la plus grande partie de sa carrière juridique à défendre les prisonniers politiques avant de devenir lui-même l'un d’eux, continue de se voir refuser une libération conditionnelle et un traitement médical adéquat alors qu'il entre dans sa septième année de détention, a déclaré sa fille au Centre pour les droits de l’homme en Iran (CDHI).
« Conformément à la loi, mon père aurait dû être libéré il y a trois ans après avoir purgé un tiers de sa peine de prison de 10 ans », a déclaré Maede Soltani, le 10 septembre 2017.

L’ONU doit saisir la CPI sur le massacre de 1988 en Iran – Vidal-Quadras

 Un événement parallèle organisé en marge de la 36e session du Conseil des droits humains des Nations Unies à Genève s’est penché le 14 septembre sur un point sombre de l’histoire contemporaine de l’Iran : le massacre de 30.000 prisonniers politiques durant l’été 1988. Des panélistes de haut rang et des témoins y ont pris la parole.
M. Alejo Vidal-Quadras, ancien vice-président du Parlement européen et actuel président du comité international pour la recherche de la justice (ISJ), a ouvert l'événement en se déclarant encouragé par le rapport récent d'Asma Jahangir, la Rapporteuse spéciale de l’ONU sur la situation des droits de l'homme en Iran.

lundi 18 septembre 2017

Iran news in brief, 18 September 2017


Iran : Deux exécutions dont une publique à Ilam

 Un prisonnier identifié grâce à ses initiales, S.D, a été pendu publiquement le 17 septembre 2017 dans la province d'Ilam, dans l'ouest de l’Iran.
Il a été déclaré coupable d'avoir tué une femme, il y a environ un an, selon l'agence de presse IRNA.
Une deuxième personne qui s’appelait Abouzar Ghadami a été exécutée la veille, le 16 septembre 2017, à Shiraz, dans le sud de l'Iran. Il a également été reconnu coupable de meurtre.
 Source : Les droits de l’homme en Iran

Une exposition sur l'état épouvantable des droits de l'homme en Iran, Place des Nations à Genève

 Vendredi, 15 septembre, une émouvante exposition en plein air a marqué l’anniversaire du massacre de 30 000 prisonniers politiques en Iran sur la Place des Nations à Genève. Un rappel historique du massacre qui s’est perpétré en été 1988 suite à une fatwa de Rouhollah Khomeiny, le fondateur de la théocratie des mollahs en Iran. la majorité écrasante des victimes étaient des militants de l'Organisation des Moudjahidine du peuple de l'Iran (PMOI).

Des community Managers de Telegram arrêtés à Ardebil en Iran

 Le procureur public et révolutionnaire d’Ardebil a déclaré qu’en collaboration avec l'Unité du cybercrime des forces de la police, six cybercriminels qui recrutaient et qui faisaient la promotion de publications immorales ont été identifiés et arrêtés.
« Ces six personnes ont été arrêtées et tous leurs équipements ont été saisis », a ajouté Nasser Atabati.

Iran : Téhéran se classe à la sixième position dans les villes les plus stressantes du monde

 Lors des dernières recherches sur la quantité de stress dans différentes villes au cours des 9 derniers mois, Téhéran a été classé la sixième ville la plus stressante au monde.
Dans cette étude, des facteurs tels que le volume du trafic, les transports en commun, les espaces verts, la situation financière des citoyens, y compris le montant de la dette, la santé physique et mentale et le nombre d'heures d’ensoleillement par an dans chaque ville, ont été pris en compte.
Dans cette liste, les dix villes les plus stressantes du monde sont les suivantes :

Iran : Un journaliste reste un mois de plus en détention

 La 2ème branche du ministère public d’Iran a prolongé la détention provisoire de Sasan Aghaee, journaliste et rédacteur adjoint du quotidien Etemad, d’un mois supplémentaire.
Le 22 août, les forces de sécurité l'ont arrêté dans les bureaux du journal et elles ont saisi ses effets personnels, y compris son ordinateur portable, son téléphone et son iPad. Sasan Aghaee a déjà été placé en détention à plusieurs reprises.
 Source : Radio Farda

dimanche 17 septembre 2017

Iran news in brief, 16 September 2017


Augmentation de l’addiction chez les Iraniennes

 Le responsable de l’organisation de la sécurité sociale du régime iranien a annoncé que 4,5 % de la population iranienne était dépendante aux narcoleptiques. Selon l’agence de presse officielle Alef, le 13 septembre 2017, Anoushirvan Mohseni Bandpei a déclaré : « Dans notre pays, 4,5 % de la population entre 15 et 64 ans consomme de la drogue. »

Iran : Le père d’une prisonnière déclare que sa fille est privée de soins médicaux

 Ali Jalalian, le père de la prisonnière politique Zainab Jalalian, qui est emprisonnée depuis 2008, a déclaré que l’état des yeux de sa fille est inquiétant, mais qu'elle était privée de soins hospitaliers.
M. Jalalian a déclaré qu'elle n'avait pas le droit d'aller ni à l'hôpital ni ne pouvait prétendre à une permission médicale.
La prisonnière de 35 ans a été condamnée à la réclusion à perpétuité et est détenue dans la prison de Khoy, dans l'une des villes de la province de l'Azerbaïdjan de l'Est en Iran. Jalalian est privée de permission depuis 10 ans.
 Source : Campagne pour les droits de l’homme en Iran

Iran : Des enfants en prison avec leurs mères

 Selon les responsables judiciaires, environ 400 à 430 enfants de moins de 7 ans se trouvent en prison, mais les statistiques fournies par le chef de l'Organisation pénitentiaire en février 2015 indiquaient que 200 à 250 enfants vivaient avec leurs mères dans les prisons.
D'autre part, des études montrent que les enfants de la prison sont plus vulnérables à la délinquance que les autres.

Iran : Des manifestants arrêtés à l'extérieur de la prison de Rajai Shahr (Suite)

 Tandis que la situation des prisonniers politiques détenus dans la section 10 de la prison de Rajai Shahr à Karaj n'a toujours pas été résolue, un certain nombre de militants des droits civiques se sont rassemblés en solidarité avec ces prisonniers en dehors de la prison au même moment des visites familiales à l'intérieur de la prison.
Le rassemblement pacifique de ces militants a tourné à la violence à cause des forces de sécurité et cela a entrainé un certain nombre d'arrestations.
Parmi les détenus, les identités de Valeh Zamani et Peiman Salem ont à ce jour étaient dévoilées.
 Source : Les militants des droits de l'homme en Iran

Iran : pause temporaire de la grève des prisonniers politiques

 Un groupe de prisonniers politiques à Gohardacht – à Karaj, à l’ouest de la capitale, Téhéran, a annoncé après 40 jours de grève de la faim, une pause temporaire de leur grève jeudi 7 septembre.
Ils ont affirmé que bien que jusqu’à maintenant on n’a répondu à aucune de leurs demandes, et qu’ils vivaient toujours dans des conditions inhumaines, mais que sur la demande de groupes d’individus et sociaux, de militants des droits du travail, d’enseignants et d’étudiants, d’actuels prisonniers politiques et parlementaires britanniques, italiens, allemands et du parlement européen, Amnesty International et d’autres organisations et militants des droits de l’Homme, et enfin de leurs familles, ils allaient arrêter temporairement leur grève de la faim, le 8 septembre 2017, après 40 jours de grève de la faim de protestation politique.

95 personnes arrêtées à Kerman en Iran

 Le procureur général et révolutionnaire de Kerman en Iran a annoncé la mise en place d'un plan spécial pour combattre les attaques culturelles occidentales à Kerman.
« Plus de 19 000 objets anti-culturels incluant des CD, des disques flash et des cassettes, ont été découverts et saisis à cet égard", a déclaré Dadkhoda Salari.
« Depuis la mise en œuvre du plan, 95 personnes, qui ont fourni, distribué et vendu des objets anti-culturels, y compris des CD, des cassettes et des disquettes flash, ont été arrêtées sur les lieux du crime, sur les mandats délivrés par le pouvoir judiciaire et ils ont été remis aux autorités judiciaires », a-t-il ajouté.
 Source : Agence de presse officielle, ILNA

Iran : Un militant des droits civils kurde comparaît devant la cour de Sanandaj

 Le mardi 12 septembre, Afshin Hosseinpanahi, militant des droits civiques et frère de Ramin Hosseinphenahi, a été jugé par la cour révolutionnaire de Sanandaj, en Iran, 80 jours après son arrestation.
L'un de ses proches a déclaré que le tribunal a condamné Afshin Hosseinpanahi pour « diffusion de propagande et conspiration contre le gouvernement », en contactant des médias étrangers et en soutenant les partis Kurdes.

samedi 16 septembre 2017

Iran news in brief, 15 September 2017


Effrayée par la poussée du mouvement en faveur de la justice, la théocratie iranienne tente en vain de changer la place du bourreau et de la victime

 Visiblement effrayé par la poussée du mouvement en faveur de la justice dans le dossier des massacres des prisonniers politiques en 1988, le 9 septembre dernier, le Guide suprême de la théocratie iranienne, Ali Khamenei, a dépêché son conseiller, Kamal Kharazi, et un de ses proches, à la rencontre de M. Hubert Védrine, ancien ministre des affaires étrangères actuellement en visite à Téhéran, pour lui répéter les vieux scénarios de la campagne de dénigrement contre les Moudjahidine du peuple, pour changer la place du bourreau et de la victime.

Iran : Un célèbre journaliste iranien perd son oeil suite à son cancer non traité en prison

 En Iran, un éminent journaliste iranien a perdu un oeil et une partie de son visage en raison d'un cancer des sinus car il n’a reçu aucun traitement durant son incarcération, prétendent des militants.
Alireza Rajaee, ancien rédacteur politique d'un certain nombre de journaux réformistes iraniens interdits, a passé quatre ans en prison après avoir été reconnu coupable d’ avoir « agis contre la sécurité nationale » et de « propagande contre l'État » - vagues accusations utilisées contre des dizaines de journalistes, ces dernières années.
 L'homme de 54 ans a été libéré en octobre 2015 et on lui a rapidement diagnostiqué un cancer, qui s'est propagé dans la mâchoire, l'œil droit et le palais. Il a fait six traitements de chimiothérapie et des sessions de thérapie des yeux au laser.

Iran : Quatre activistes civils arrêtés lors d'un rassemblement pacifique

 Quatre militants civils ont été arrêtés le mercredi 13 septembre 2017 devant la prison de Gohardasht, en Iran. Ils ont été emmenés dans un poste de police à Karaj, à l'ouest de Téhéran.
Les activistes s’appellent Saeid Salehi, Saleh Asa'adi, Behnam Ebrahimzadeh et Valeh Zamani. Les forces de sécurité de l'État ont également confisqué un certain nombre des téléphones portables des participants.

vendredi 15 septembre 2017

Iran : Une nouvelle pendaison en public, cette foi-ci à Salmas

 Un jeune homme identifié comme s’appelant Davoud Hajizadeh a été pendu publiquement hier, le 14 septembre 2017, dans la ville de Salmas, dans l'ouest de l'Azerbaïdjan, en Iran.
Il a été reconnu coupable de meurtre.
Source : Les droits de l’homme en Iran

Iran : Un militant politique privé de soins médicaux pendant sa grève de la faim

 Reza Shahabi, militant des droits de l'homme et syndicaliste qui a commencé une grève de la faim le 16 août, qui proteste contre le statut de son affaire, soufre d’une grave hypertension, d'une anesthésie localisée sur le côté gauche du corps, de troubles digestifs et d’une perte sévère de poids.
Un médecin de la prison a averti que M. Shahabi devait être hospitalisé en raison de la détérioration de son état de santé. Cependant, on lui interdit toute possibilité d’être soigné.