mercredi 20 octobre 2021

Une victime du Boucher de Téhéran exige son arrestation à Glasgow

 Sunday Mail – Une victime du despote connu sous le nom de Boucher de Téhéran a exigé son arrestation lorsqu’il atterrira en Grande-Bretagne pour la COP26.

Ahmad Ebrahimi estime que le Premier ministre Boris Johnston et le Premier ministre Nicola Sturgeon devraient interdire au tyrannique président iranien Ebrahim Raisi d’assister au sommet sur le climat du mois prochain.

Ahmad Ebrahimi avec son épouse Farzaneh Majidi 

mardi 19 octobre 2021

Iran: 460,200 Die With Coronavirus Due to Regime’s Inhuman Policies

 The regime’s Health Ministry: We are worried about the sixth COVID-19 outbreak. The COVID-19 infection in West Azerbaijan, Kermanshah, and Yazd provinces is rising. The situation is worrying. (Mehr news agency, October 19, 2021)

  • Member of the regime’s Parliamentary Health Commission: Complete abolition of telecommuting in Tehran announced by the governor means opening the floodgates to the sixth COVID-19 outbreak. (ISNA news agency, October 19, 2021)

Achraf 3, Albanie : Une cérémonie commémorative pour rendre hommage à Sir David Amess

 Achraf 3 Albanie 17 octobre 2021, Maryam Radjavi : David Amess était un grand défenseur de la liberté et des Droits de l’Homme.

Une cérémonie commémorative à la mémoire de Sir David Amess s’est tenue le dimanche 17 octobre 2021 avec la participation de milliers de résidents d’Achraf 3, lieu de résidence des membres de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) en Albanie. Les participants à la cérémonie ont rendu hommage à Sir David Amess, le grand ami du peuple iranien et de la Résistance iranienne.

Les Iraniens submergés par les catastrophes naturelles

 CSDHI – Le 13 octobre dernier, la Journée internationale de la prévention des catastrophes naturelles fut l’occasion pour les pays de se concentrer sur leurs efforts et démontrer leur expertise en montrant le chemin parcouru en matière de gestion des catastrophes et de réduction des pertes humaines.

Les catastrophes naturelles sous la tyrannie des mollahs

Alors que de nombreux pays ont fait des progrès pour réduire ou au moins contrôler les catastrophes naturelles, le peuple iranien est devenu une victime des catastrophes naturelles sous la tyrannie des mollahs.

Un tribunal iranien confirme la nouvelle peine d’une Irano-britannique

 CSDHI – Une cour d’appel iranienne a confirmé un verdict condamnant une Irano-britannique emprisonnée à Téhéran à une année supplémentaire de prison. C’est ce qu’a déclaré samedi son avocat.

Nazanin Zaghari-Ratcliffe a déjà purgé une peine de cinq ans de prison dans la République islamique. Son avocat, Hojjat Kermani, a déclaré à l’Associated Press que la cour d’appel avait confirmé un verdict rendu au début de l’année la condamnant à une année supplémentaire.

Des Bahaïs condamnés pour leur désir d’un enseignement supérieur

 CSDHI – La communauté de foi bahaïe est l’une des minorités religieuses les plus sévèrement persécutées en Iran. Le gouvernement iranien n’hésite pas à propager de faux récits sur la communauté. Depuis des décennies, il empêche les Bahaïs d’accéder à des postes importants dans la société iranienne et leur interdit l’enseignement supérieur.

La Constitution iranienne ne reconnaît pas la foi bahaïe comme une religion officielle (comme l’islam, le christianisme, le judaïsme et le zoroastrisme). Bien que l’article 23 stipule que  » nul ne peut être molesté ou pris à partie simplement pour avoir une certaine croyance « , les adeptes de la foi se voient refuser de nombreux droits, notamment la propriété et l’égalité des droits d’inhumation.

La photographe Farahnaz Khalili, 25 ans, se suicide après qu’un juge ait rejeté sa plainte.

 CNRI Femmes – La photographe Farahnaz Khalili, 25 ans, s’est suicidée en Iran après qu’un juge ait rejeté sa plainte pour viol et abus.

Farahnaz Khalili était originaire de Bouchehr. Son corps sans vie a été transporté à l’hôpital du village de Bolkhir fin août.

Le cousin de Mme Khalili a qualifié l’incident de tragique. Deux mois avant son suicide, Farahnaz avait été chargée de photographier un mariage dans un jardin. À la fin de la cérémonie, elle a eu un différend avec le client au sujet du paiement. Le client l’a agressée verbalement et physiquement.