mardi 15 août 2017

Iran news in brief, 15 August 2017


Iran : Un vendeur ambulant assassiné par les autorités à Qom

Les habitants de la ville de Qom, au centre de l’Iran, ont manifesté avec colère contre l'assassinat d'un vendeur ambulant innocent par les autorités répressives. Cet incident a eu lieu le 11 août quand les autorités de la municipalité ont attaqué Mozaffar Abbasi au moment où il vendait des fruits pour subvenir aux besoins de sa famille.
Il a été attaqué et battu sous le prétexte de bloquer la route, perdant la vie en raison de la sévérité des coups.

Une société iranienne contrôlée par le Guide suprême participe à l’investissement de deux sociétés étrangères

 Les médias d’État ont rapporté que la société d’investissement Ghadir a réussi à signer un accord d’investissement avec Zarubazhnaft en Russie et une société internationale turque. Selon Shana, l’agence de presse du ministère du Pétrole iranien, comme l’indique un accord signé à Moscou vendredi 4 août, les trois sociétés investiront conjointement dans des projets liés au pétrole et au gaz en Iran et en dehors de ses frontières.
L’agence de presse Shana a ajouté que le partage des investissements des trois sociétés serait égal, mais Ghadir mène le consortium. Shana mentionne cette information comme remarquable, car, selon cette agence de presse officielle, c’est la première fois qu’une société iranienne réussit à signer un accord tripartite sur la participation et l’investissement de deux sociétés étrangères.

Un prisonnier politique battu par ses interrogateurs en prison en Iran

 Le prisonnier de conscience en Iran Soheil Arabi, qui purge une peine de 4 ans de réclusion à la prison d’Evine de Téhéran, a été transféré à la section 2A qui dépend des pasdaran, au moment où sa femme a été arrêtée.
Tout au long de son séjour dans cette section, il n’a cessé d’être battu par ses interrogateurs. En raison des coups constants sur la tête, il souffre désormais de maux de tête chroniques.

Iran : Appel pour sauver 7 prisonniers sur le point d’être exécutés

 Mehdi Bohlouli avait 17 ans lors des faits qui lui sont reprochés
Les sbires du fascisme religieux au pouvoir en Iran ont transféré sept prisonniers condamnés à mort vers la prison de Gohardacht (près de Téhéran), en isolement cellulaire, en prévision de leurs exécutions imminentes.
Mehdi Bohlouli, qui a purgé 15 années d'emprisonnement, avait seulement 17 ans lors de son arrestation. C'est la quatrième fois il est transféré en isolement dans l’attente de l’application de sa peine de mort. Emmener les prisonniers à la potence pour les faire assister à la scène choquante d'exécution d'autres prisonniers, est une pratique courante de torture dans les prisons du Guide suprême.

Deux mineurs au mauvais endroit, au mauvais moment en Iran

 Ils sont condamnés à mort en Iran. Hamzeh Nourzehi, 20 ans, et Amir Nourzehi, 19 ans, ont été arrêtés à Zahedan en 2014 et sont incarcérés à la prison de Zahedan.
Selon des informations, un casse armé a eu lieu à l’institut Arman tandis que Hamzeh travaillait tout près dans un magasin de lits, et qu'Amir réparait des chaussures dans la rue. La police, heureuse de trouver des suspects, les a arrêtés et accusés de vol à main armée. Or selon des sources proches du dossier, ils n’ont strictement rien voir avec ce casse.

34 pendus à la mi-aout en Iran

 Le mois d'aout en Iran risque fort de ressembler au mois de juillet en matière d'exécutions. Il n'y a pas malheureusement pas de chassé-croisés juilletistes-aoutiens dans les prisons d'Iran, tous ont un aller simple pour l'échafaud.  
 Juillet avait vu partir 100 prisonniers au bout d'une corde, et aout, au 15 du mois, compte déjà 34. Le passage de la Haute représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangères en ayant déclenché 23 à elle toute seule !
Le silence des démocraties est un blanc-seing pour les mollahs. Plus les capitales occidentales se tairont et plus les mollahs pendront. Il est temps de se mettre du côté de la justice et de la population iranienne pour mettre fin à cette hécatombe. L'UE peut faire preuve d'éthique en exigeant la fin des exécution en Iran.